Permaculture


Qu’est-ce que la permaculture ?

La permaculture est une science et un art de l’aménagement d’un territoire. Elle peut être mise en œuvre partout, aussi bien à l’échelle d’un appartement que d’une ville, d’un potager que d’une ferme,… Et elle est accessible à tous. C’est un art qui vise à aménager des écosystèmes humains, éthiques, durables et robustes, qui s’intégreront harmonieusement avec la nature (extrait du livre écrit par Steve Read pour les éditions Actes Sud)

La permaculture est un ensemble de techniques, un mode de pensée qui visent à optimiser la place de chacun (homme, animal, végétal, …) dans son environnement.

Exemple simplifié des échanges dans un système arbre-ciel-sol-animaux-homme

Si je coupe cet arbre dans mon jardin, aurais-je encore des oiseaux ? Y aura-t-il plus de vent ? ….

Chaque élément d’un système puise de l’énergie, restitue une autre forme d’énergie et la rend disponible aux autres. Par exemple : l’arbre perd ses feuilles en hiver : celles-ci peuvent servir de nourriture à certains organismes, d’abri et enrichissent le sol, etc. La permaculture vise à optimiser les échanges au sein d’un système en prenant soin des éléments qui composent ce système. Pour cela elle nous aide à identifier les liens qui existent entre les différents éléments du système et à comprendre l’impact de chaque élément sur les autres. Pour chaque nouvel élément intégré à un système, son propre cycle de vie devra être pris en compte, par exemple les « déchets » produits et comment ils seront réutilisés.

La permaculture n’est pas nécessairement synonyme de culture. Nous ne sommes pas tous doués en jardinage, nous n’avons pas tous envie de produire des légumes. Certains sont par exemple meilleurs en bricolage et d’autres en maths. La connaissance de nos limites, de nos capacités, nous permet de savoir ce que nous pouvons apporter à notre environnement et ce en quoi nous en sommes dépendants.

La permaculture ne vise pas à l’autarcie. Elle sert plutôt à savoir identifier nos capacités, ce que nous pouvons produire nous-mêmes, à quelle échelle, et où sont nos limites. Je peux faire pousser des légumes dans mon jardin. Avec un peu d’expérience, et si j’ai un peu d’espace, je pourrai même en faire pousser l’hiver. Mais je ne pourrai jamais construire un ordinateur ou un téléphone. Ni couper un arbre sans scie ou sans hache.

Il n’est pas question de tourner le dos à toutes nos découvertes, mais d’utiliser chacune d’entre elles à bon escient, en se demandant si l’énergie dépensée est compensée par les produits qui résulteront de la dépense.

Utiliser les techniques de permaculture est tout à fait recommandé aux fainéants : je dépense le moins d’énergie possible pour un résultat optimum.

Une Amap en soit n’est pas de la permaculture. Mais c’est un élément qui fait souvent partie d’un système permaculturel au niveau local.
Exemple d’un design très intéressant ! (le fichier est un peu volumineux : 10Mo)